Il Sogno Azzurro…Aspettando Euro 2020 (2021) écrit par Raff’ VIZZINI

Scritto da il 10 Giugno 2021

2006, oui 2006, pas une année comme les autres car c’est l’année de l’ « immenso » , du «  sogno » , de ce que chaque tifoso peut attendre et rêver depuis tout petit : essere campioni del mondo !

A chaque fois que j’ai l’occasion de revoir cette épopée vers le triomphe, j’ai comme l’impression que tout était écrit d’avance, chaque épisode, chaque décision d’arbitrage, chaque choix tactique del Ct , chaque souffle était écrit dans un grand livre d’or, dévolu à être rangé dans les grandes bibliothèques  des plus important succès sportifs.

Et pourtant, tout commençait bien mal : CALCIOPOLI, encore une belle histoire italienne…

Une histoire de tricherie qui pointera le doigt sur les plus grands clubs italiens et sur des grands noms : joueurs, dirigeants, arbitres… un tsunami annoncé.

15 ans plus tard, on se rappelle des sanctions directes : Juve en serie B , les autres en mali pour commencer le championnat mais peu savent réellement ce qu’il s’est passé … Une longue procédure qui va dans tout les sens, différents instances qui se sont auto-annulées dans leur compétences et décisions…

Malgré tout, il y avait un mondial à jouer !

C’est là qu’il fallait être fort, uni dans l’adversité et mettre en valeur les réelles valeurs de l’ITALIA.

Et pourtant, une bonne partie du peuple demandait la tête du CT , à cause de l’implication de son fils dans CALCIOPOLI , del Santo GIGI car son nom avait été cité, autant de paramètres qui auraient pu ( voir dû) compromettre cette aventure vers le triomphe.

L’Italie devait jouer 2 matchs, un sur le terrain, un en dehors…

Unité…. On est resté unis et les 23 (+ le staff) ont pu partir vers l’Allemagne, certainement avec la tête bien ailleurs et l’estomac noué…

Imaginez-vous un Buffon dans son profond intérieur : comment se motiver quand une partie du peuple ne veut pas te voir en sélection ? Où vais-je jouer l’an prochain ?  En serie B? Dans quelles conditions ?…

Après coup, les champions diront qu’ils n’ont aucun souci à se projeter vers l’objectif du moment, voire même de décider de rester dans le club malgré la relégation… Pourtant, nous connaissons tous le fonctionnement humain, loin d’être un robot… La part de subjectivité, le degré émotionnel et affectif d’une situation,… sont autant de composantes difficilement contrôlables…et pourtant…

Il fallut jouer coûte que coûte, il y avait un mondial à remporter, à combattre ! Un titre qui manquait depuis 24 ans… 24 longues années sans gloire…

Combien de fois on aura repassé en boucle “Notte Magiche” de GIANNA NANNINI en pensant qu’en 1990 nous serions sacré à la maison…

Combien de fois on a rêvé que la trajectoire du tir de BAGGIO, Il Divin Codino, en 1994 allait se modifier au dernier moment et battre Tafarel comme dans un épisode d’Olive et Tom …

…En 1998, la trajectoire  était plus correcte mais pas assez pour éliminer i padroni di casa…

En 2002, avant même de penser à Han et à  ses coéquipiers et ce maledetto GOLDEN GOAL, c’est tout simplement de Byron Moreno qu’on se rappelle. Cet arbitre, bien connu des faits divers récents … Che figura ! Anche qui era destino…

Tout cela sans évoquer les EURO, qui nous manque depuis les années 60….  Ce but de Wiltord à la 94eme en finale à l’Euro 2000 … encore contre la  France… à 10 secondes du bonheur… A 15 minutes de l’enfer… Mamma mia…

2006 représentait alors l’année de la révolte, un groupe de joueurs arrivés à maturité prêt à se sublimer…

Le groupe retenu par Lippi avait peu de surprise, le secteur défensif était celui habituel avec Capitan’ CANNAVARO, NESTA, ZAMBROTTA à guider ce mur défensif… Un  milieu avec PIRLO , GATTUSO, De ROSSI sont présents pour alterner équilibre, talent, grinta et jeu… Devant, rarement l’Italie a pu présenter une liste si complète de joueurs confirmés avec TOTTI, Del PIERO, INZAGHI,… (VIERI était blessé)… ainsi que les deux buteurs de l’année Gila et TONI…

La Maestro est un homme de victoire : Marcello Lippi.

Adesso piano car depuis 1982, ce n’est pas la 1ère fois que l’Italie peut se vanter d’emmener tant de joueurs de talent… La génération de 2000  (Vieri , Cassano, Totti ,Nesta, Cannavaro, Panucci,…) avaient aussi les prérequis pour s’imposer.

Plus en arrière, la décennie 90, là aussi nous ne pouvions pas nous cacher derrière de fausses excuses. :  Les Baggio, Schillaci, …  n’avaient rien à envier aux autres.

Ca y est , 12/06/2006, “oggi sapremo chi siamo” nous raconte CARESSA.

Match équilibré mais gli azzurri sont bien dans le match et l’équilibre de l’attaque/ défense ainsi que le milieu de terrain  se mettent en évidence.

PIRLO et IAQUINTA … classe et Grinta et 0 buts encaissés, le ton est donné.

2ème  match : nos amis américains.

“Abbiamo mangiato i loro panini, messo i loro jeans…” disait CARESSA…

Carton rouge de DDR, 1er pépin à gérer pour Lippi.

Malgré le 1-0 avec le Violino, l’Italie ne pourra aller au-delà du 1-1 à cause du malheureux Zaccardo, seul but encaissé par l’équipe sur tout le tournoi, il s’agira d’un … CSC…

3ème rencontre, Italie finalisera son billet pour les 1/8 grâce à Materazzi et à Super Pippo.

Reprenons le 1er buteur, entré durant le 1er temps suite à la blessure de Nesta, la malheureux Nesta, même scénario qu’ en 98, triste destin pour ce magnifique défenseur…A nouveau, cette blessure devait laisser place à l’homme de la providence : Marco Materazzi !

Concernant Pippo, il ne jouera pas beaucoup, pas une seule fois titulaire et  il ne marquera qu’un but.. Mais quel but !! Dans cette action, il y a tout de sa carrière : le fil du hors-jeu, la course, la grinta et le but !

Qualification… l’Italie se retrouve face à l’Australia… la Nazionale est plus forte mais Schwarzer est présent…
Coup dur : Rouge pour… Materazzi… Barzagli entre, 1er minute officielle dans une compétition internationale.

L’étau se resserre mais l’Italie y croit de plus en plus…Et puis à  10 secondes de la fin, ce lancé de TOTTI vers GROSSO, ce dribble et …  Penalty…

On l’avouera quelques jours plus tard : il n’y avait pas contact ! Mais bon avec un peu de mauvaise foi, avouons-le, après Byron Moreno de 2002 et le BISCOTTO Suède-Danemark en 2004, à notre tour de profiter…

Penalty à la 93ème : seul un homme comme TOTTI pouvait prendre ses responsabilités, lui, gravement blessé en février avec le Mondial en sursis mais avec une promesse, celle de Lippi : “tu viendras avec nous à la CDM !”

Dans ce penalty, il y a tout une frustration à dissiper, lui, l’empereur de Rome, qui avait été suspendu 2 ans plutôt pour un crachat sur Poulsen !

Totti contre Schwarzer : è gooooolllllllll !!!

Sei bella come un gol a 93iesimo… cette phrase si célébre était devenue divine !

¼ finale, Ukraine de l’ami Sheva , beaucoup de cœur, mais pas assez de talent pour contrer une Nazionale qui a pris conscience  de sa force tactique et mentale : TONI deux fois et Zambro !

Direction : Dortmund :

Dans son histoire récente, l’Italie a souvent été confrontée au pays organisateur : Pays Bas en 2000, France en 98, Belgique en 2000, Corée en 2002 avec régulièrement des résultats négatifs et frustrants à la fin…

Il fallait affronter l’Allemagne devant le célèbre mur « jaune » teint de noir et blanc pour l’occasion.

La Deutschmanshaft qui rêvait d’un nouveau titre après le graal de 1990 en Italie…

Les allemands appelèrent les citoyens à boycotter la PIZZA… La tension est à son comble !

Un match équilibré, d’une tactique digne d’un manuel de foot. Deux grands gardiens…90 minutes à couper le souffle … encore 30 pour prolonger le suspense…

Pendant les prolongations, CANNAVARO et BUFFON prennent leur coach pour un fou, ils décident de jouer à 4 attaquants : DEL PIERO, TOTTI, GILARDINO et IAQUINTA

A 60 secondes du terme, PIRLO déclenche une frappe, déviée de manière magistrale par Lehmann, le portier pense avoir fait le plus dur…

Sur le corner suivant, le ballon arrive à PIRLO à 2/3 mètre du grand rectangle, et après :  E STORIA : « PALLA TAGLIATA..C’è PIRLO., PIRLO , GROSSOO… Gooooolllll »

Un assist hors du commun du Maestro…

En 2018, la plupart diront que ce but reste le plus  beau  souvenir qu’ils ont de PIRLO…

Grosso, un autre homme clé de cette épopée…Lui, venu de nulle part, auteur d’une bonne saison à Palermo mais avec un Palmarès vide…Sa course, à la TARDELLI, restera gravée dans les mémoires «  Non ci credo » .. nous non plus Fabio !

Totti à la 93ème  en 1/8, Grosso à la 119e en ½…

Comme une belle histoire doit toujours se finaliser sur une note majestueuse, il ne pouvait manquer un but de DEL PIERO ! Après cette course magique de CANNAVARO et l’assist de GILA , certainement pas son  point fort mais celui-là était millimétré…

Après les multiples critiques tout au long de carrière in AZZURRO, il fallait que Pinturichio puisse libérer cette rage…Lippi l’avait dit «  ALE segna stasera »…

ANDIAMO A BERLINO BEPPE… ANDIAMO A BERLINO…

LA revanche de l’euro 2000  s’offre à nous.

Combien de fois avons-nous revu cette dernière minute de ce France Italie du 2/7/00 A Rotterdam.

Tout le banc était débout pour fêter un titre européen qui manque depuis 1968 … C’était sans compter sur Wiltord et cette frappée dévié par TOLDO…

Et dire que GIGI RIVA avait déjà mis le drapeau sur le trophée… Scaramanzia….

Horrible, frustrant, ridicule, maudit,… sont autant d’adjectifs que nous avons utilisés car à ce moment, même s’il restait des prolongations à jouer, nous savions que nous avions perdu cette finale… En effet, TREZEGOL mettra fin au suspense en début de prolongations…

Encore aujourd’hui, cette défaite reste dans toutes les mémoires des TIFOSI.

Déjà 2 ans plutôt lors du mondial français, les hôtes nous avaient éliminés. Cette fois au TAB et ce maudit shoot de DI BIAGIO sur la barre alors que durant les 120 min , l’Italie avait mieux joué et aurait mérité de mettre un but…Notamment avec le « No GOAL » de BAGGIO…

Après ce 98/2000, le destin nous renvoyait un ITALIA – France en finale. !

Jamais 2 sans 3 disent les français ! La revanche répondent les italiens !!!

Ce match propose aussi un duel à distance entre les deux meilleurs joueurs du TOURNOI : PIRLO et ZIZOU
C’est d’ailleurs ce dernier qui s’illustrera le 1er en marquant une PANENKA (certes à moitié loupée).

C’était sans compter sur la ténacité des italiens et la puissance de tête de MATERAZZI. Ce Mondial est fait d’analogies et de joueurs clés.

CANNAVARO avait dit à MATERAZZI, THURAM souffre les ballons aériens…En effet…

Lui, entré contre la R. Tchèque suite à une ultérieure blessure de NESTA, buteur contre cette même équipe, exclut le match suivant, épique contre l’Allemagne et à nouveau buteur en finale et… ce n’est pas fini.

Italiens et français se renvoient coups pour coups.

BUFFON sortira une parade 10* sur une tête de Zidane en pleine prolongation.

TONI marquera le second but mais annulé pour un hors-jeu inexistant … vive la VAR!

Comme en 98 et en 2000 => Prolongations… « Oh non ! » se disent les TIFOSI.

Le suspense se prolonge… Jusqu’à ce coup de théâtre: ce pétage de plomb qui deviendra légendaire. Zizou est expulsé suite à un coup de tête sur le torse de Materazzi… Zidane jouait son dernier match de sa carrière…c’est tout un symbole… A l’image du but de WILTORD en 2000, cette expulsion remobilisera les italiens vers la séance fatidique des TAB.

Qu’a dit Materazzi ??? 15 ans plus tard, la vérité reste floue … et c’est peut être mieux ainsi.

RIGORI !! Encore une fois, une finale de CDM allait se joueur au TIR au BUT.

Après 1990, 1994 , 1998 … les souvenirs sont négatifs pour l’Italie… “MALEDETTI RIGORI” disait BRUNO PIZZUL…

Mais bon, la loi des séries doit bien finir par s’arrêter…

PIRLO, MATERAZZI , DE ROSSI, DEL PIERO et GROSSO voici notre liste.

GROSSO, « moi 5ème ? » « Oui » dit Lippi « tu es l’homme de la dernière minute ».

4  exécutions parfaites et un tir de TREZEGUET sur le poteau …

Lui, qui nous avait crucifié 6 ans plus tôt… Destino….

4 penaltys tirés avec une précision extrême…

PIRLO le spécialiste… De ROSSI qui repaye la confiance de son coach malgré son coup de coude aux USA en phase de poule ! MATERAZZI l’homme de la providence et DEL PIERO, encore galvanisé par son but en ½…

Il en manque un : GROSSO… l’homme de Dortmund, l’homme de la faute (inexistante) pour le penalty de TOTTI en 1/8…

Cela ne pouvait pas être un hasard qu’au bout de son pied pouvait arriver le triomphe absolu  24 ans plus tard.

Parte Grosso… SIAMO CAMPIONI DEL MONDO !!!

Abbraciamoci forti e vogliamoci tanto bene…

Cette fois, pas de triche, pas de trucage, pas de polémique ! La Gazzetta dello sport  affichera sa une le 10/7/2006 avec le titre “ TUTTO VERO”

Non, ne me dites pas que cela n’est qu’un sport …

15 ans plus tard, le Sogno Azzurro peut-il avoir lieu à nouveau ?

FORZA ITALIA

Raff’ VIZZINI
Responsable des sports RADIO PRIMA


Traccia corrente

Titolo

Artista

Background