Le journalisme constructif : le journalisme de demain ?

Scritto da il 29 Novembre 2021

Yasmine Boudaka et Michel Visart se sont donnés rendez-vous ce mercredi 24 novembre 2021 sur le site du Campus 2000 de la Haute-Ecole de la Province à Jemeppe-sur-Meuse. Les deux journalistes et membres de l’ASBL NEW6S ont eu l’occasion de parler du journalisme constructif aux étudiants en communication et aux étudiants bibliothécaires de la HEPL.

Qui sont Yasmine Boudaka et Michel Visart ?

Yasmine Boudaka est journaliste et coordinatrice de NEW6S depuis mars 2018. Après avoir étudié à l’Université Libre de Bruxelles, elle devient journaliste et animatrice à la RTBF. Elle anime plusieurs émissions et réalise plusieurs interviews pour La 1ère notamment.

Michel Visart est journaliste et “citoyen engagé” chez NEW6S. Il travaille à la RTBF jusqu’en 2017 et quitte la maison après 30 ans de carrière. Il a notamment présenté la rubrique “Eco Matin” sur La 1ère et travaillé pour la cellule économique de la radio pendant de nombreuses années.

Michel Visart et Yasmine Boudaka (Photo : Nicolas Defacqz)

Qu’est-ce que NEW6S ?

Logo de NEW6S

NEW6S est une ASBL qui défend le journalisme constructif en Belgique. NEW6S organise régulièrement des animations pour les professionnels des médias en Belgique francophone. L’équipe compte huit bénévoles. L’ASBL remet chaque année le Prix du journalisme constructif et propose chaque année “la semaine constructive”.

Qu’est-ce que le journalisme constructif ?

L’actualité transmise par les médias est le plus souvent négative. Nous évoluons aujourd’hui dans un climat anxiogène et d’une crise de confiance avec un certain désintérêt du public et d’un écosystème plutôt fragile. Certains journalistes se disent même parfois “déçus” de l’état d’esprit de certaines rédactions.

Leur traitement journalistique a tendance à renforcer leur caractère anxiogène au point de provoquer aujourd’hui une saturation chez les lecteurs, auditeurs, téléspectateurs et internautes.​

NEW6S sur son site internet

Le journalisme constructif est une forme différente du journalisme traditionnel que l’on connait tous. Le travail journalistique de base est axé autour de 5 questions. Ce qu’on appelle les 5W : Who, What, Where, When et Why. C’est le fondement du journalisme. Le journalisme constructif, lui, ajoute un sixième “W” : le “What do we do now ?”. Mais attention, le journalisme constructif reste du journalisme avec sa déontologie et ses règles !

Yasmine Boudaka lors du prix du journalisme constructif en 2019 (photo : Facebook de NEW6S)

L’information constructive intègre, dans la pratique journalistique, les dimensions de perspective, de solution et de vision positive.

NEW6S sur son site internet

Les médias permettent à tout un chacun de s’informer sur ce qui nous entoure. Une certaine confiance doit être restaurée avec le journalisme. Pour NEW6S, cela doit se faire de la part des médias et des consommateurs.

Le journalisme constructif est une approche qui vise à renforcer son public avec une image plus précise et plus équilibrée de la société. C’est un journalisme qui s’appuie sur l’ouverture d’esprit pour trouver les réponses et les solutions possibles aux problèmes rencontrés.

Ulrik Haagerup, un des pionniers du journalisme constructif
Julie Morelle, journaliste et ancienne présentatrice du JT sur la RTBF donne son avis sur le journalisme constructif.

Le journalisme constructif se tourne sur une démarche en 4 axes. Un fait doit être proposé sur une vision 360 avec l’idée de nuancer les propos et ne pas être clivant. L’idée est d’encourager le débat avec l’objectif de faciliter les discussions citoyennes, de contextualiser, de partir à la recherche d’autres angles et interlocuteurs. Le journalisme constructif ne s’arrête pas aux constats mais part à la recherche de solutions possibles. Il est également important de porter son attention aux tons, illustrations et mots employés.

Quand une étude sort par exemple, on parle surtout des trois plus mauvais de la liste. L’idée du journalisme constructif est aussi de parler des trois meilleurs de la liste.

Yasmine Boudaka

On le voit, le journalisme constructif insuffle un état d’esprit positif, optimiste, équilibré et nuancé sans sensationnalisme ou militantisme par exemple.

Les quotidiens tels que “La Meuse“, “La Libre” ou encore “L’Avenir” délivrent une actualité “chaude”. L’investigation permet de revenir sur un fait d’actualité. Le journalisme constructif est quant à lui est défini comme “le journalisme de demain”.

Qui pratique le journalisme constructif ?

En France, Nice Matin pratique régulièrement le journalisme constructif. Plus proche de chez nous, ce sont les radios de NGroup (Nostalgie, Nostalgie+, NRJ et Chérie FM) qui pratiquent le journalisme constructif depuis quelques années.

Marc Vossen, CEO de NGroup (Nostalgie, Nostalgie+, NRJ et Chérie FM) qui pratiquent le journalisme constructif.

Yanik Farkas et Aurélie Adam sont journalistes chez NRJ Belgique et pratiquent le journalisme constructif.

Capture NRJ Play

Pour conclure, NEW6S décerne chaque année plusieurs prix du journalisme constructif. En février 2020, c’est la journaliste Véronique Wese du média de proximité de la RTBF “Vivre Ici” qui a remporté le prix du format court pour son article intitulé “Une bouffée d’oxygène pour les familles monoparentales”, publié le 12 décembre 2019.

On le voit, le journalisme constructif a encore un bel avenir devant lui. Plusieurs médias entreprennent peu à peu ce “nouveau” genre de journalisme dans leur rédaction. Un journalisme positif, optimiste et sans sensationnalisme fait du bien. Un état d’esprit intéressant à analyser et à comprendre. L’avenir nous dira si le journalisme constructif deviendra la norme dans le monde journalistique.

Sources : NEW6S, page Facebook de NEW6S, conférence sur le journalisme constructif à la HEPL le 24/11/2021.


Traccia corrente

Titolo

Artista

Background